Bangkok, suite et fin

le

Cela fait bientôt 3 semaines que j’ai quitté Bangkok la Nouvelle-Zélande. Il serait du coup temps que je vous parle de la deuxième partie de mon séjour dans cette ville. Comme d’habitude, beaucoup de temples, de bouddhas et de moines orange.

Le wat Arun, le temple de l’aube

Le Wat Arun, c’est celui que l’on trouve sur toutes les cartes postales et sur les pièces de monnaie, sans doute parce qu’il a été construit sur les berges du fleuve, à peu près en face du palais royal (voir Pourquoi je n’ai pas visité le palais) et du coup il a la classe de près…


Comme de loin!


Son nom complet est Arunratchawararam Ratchaworamahavihara (et oui je l’indique uniquement parce que ça m’amuse de le taper) en référence au dieu hindou symbole de l’aube, Aruna. Il a été construit pendant la période d’Ayutthaya et il a été reconstruit entre 1792 et 1851. Le prang central (la grosse pointe) représente dans la religion bouddhiste une montagne dont je ne retrouve pas le nom, là où vivent les dieux. Les pentes escarpées représente la difficulté d’atteindre le seuil supérieur d’éveil et le but ultime, le nirvana.
J’y suis allée un matin assez tôt pour profiter de la fraîcheur (terme très relatif en Thaïlande) ainsi que de l’absence de bus de touristes et j’ai bien fait! Quand j’en suis ressortie, les bateaux crachaient sans discontinuer des groupes avec leurs guides qui hurlaient pour se faire entendre. On risque pas d’atteindre le nirvana dans ces conditions.

C’est un temple assez incroyable : de près on dirait qu’il a été recouvert de tessons de poterie et de faïence. Encore une fois, l’impression d’écrasement par cette architecture tout en excès est bien présent.

Le Wat Pho

Plus connu sous le nom de temple du Bouddha couché, on peut y voir un bouddha (couché comme son nom l’indique) de 45 mètres de long. Parce que bon, les petits bouddhas, c’est pour les nuls.


Le temple est complètement fou, avec les trucs et des machins partout, mais comme d’habitude, aucune perspective. Du coup les photos sont toutes moches.

Parce que je suis sympa, voici quelques fun facts pour briller en société :

  • Il existe un bouddha pour chaque jour de la semaine, et donc un associé à votre jour de naissance. Par exemple, je suis née un mercredi, mon bouddha est donc celui debout avec un bol dans les mains. Il représente l’idéal de pauvreté et de détachement des biens matériel des moines qui mendient leurs nourriture au jour le jour (même si j’en ai vu s’acheter un paquet de chips). Comme dans l’astrologie, votre jour de naissance et donc votre bouddha attitré est censé donner des informations sur votre personnalité.
  • Une image de bouddha couché, le bouddha du mardi, représente l’épisode du parinirvana, où Bouddha s’est couché juste avant de mourir et d’atteindre le Nirvana.
  • Le Nirvana dans la religion bouddhiste est le fait de casser le cycle des réincarnations successive pour s’éteindre à jamais. Très différent des autres religions monothéistes donc, dont le but est au contraire d’atteindre la vie éternelle.
  • Pour savoir si vous avez affaire à un bouddha atteignant le parinirvana ou juste un bouddha qui se tape une petite sieste bien méritée, regardez ses pieds : s’ils sont de la même longueur et posé correctement l’un sur l’autre, il est en train de mourir. Si les pieds ne sont pas parallèle, il dort.

Je pourrais aussi vous parlez des centres commerciaux, du camping au milieu de Bangkok, ou de la ballade en bateau dans les klong où j’ai enfin vu de varans. Mais ça prendrait trop de temps, et vu mon rythme de parution ça serait trop compliqué. Prochaine étage… la Nouvelle-Zélande! Promis, je vais essayer de rattraper mon retard !

 

Pourquoi je n’ai pas visité le palais

Attraction phare de Bangkok, le palais royal attire tous les ans un nombre impressionnant de touristes. Tellement impressionnant que pour avoir une chance de voir quelque chose il faut se lever à l’aube ou faire 2 mètre de haut. N’étant ni grande ni matinale (et un poil agoraphobe), c’était pas gagné. De plus à la fin des deux semaines à Bangkok, j’en avais vraiment marre des dorures et des bouddhas, et la perspective de voir les deux ensemble ne me réjouissait pas plus que ça.
Enfin, l’entrée est à 350 baths, ce qui en faisait la visite la plus chère de mes vacances jusque là, et je rechigne un peu à donner encore plus de l’argent au roi le plus riche du monde.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s